PARIS GARNIER HANDEL ALCINA 28.XI.2021

Georg Friedrich Haendel: Alcina

Opera in three acts

after L’Arioste Orlando furioso

Paris, Garnier Opera Sunday 28 November 2021 2.30pm

Alcina : Jeanine de Bique, soprano

Ruggiero : Gaëlle Arquez, mezzo-soprano

Morgana : Sabine Devieilhe, soprano (25 Nov. > 17 Dec.) Elsa Benoit, soprano (19 > 30 Dec.)

Bradamante : Roxana Constantinescu, mezzo-soprano

Oronte : Rupert Charlesworth, tenor

Melisso : Nicolas Courjal, bass-baritone


Choeurs de l’Opéra national de Paris

Chorus master : Alessandro Di Stefano

Balthasar Neumann Ensemble

Conductor : Thomas Hengelbrock (Iñaki Encina Oyón 26,28 décembre)

Director : Robert Carsen

Revival director : Christophe Gayral

Set design, Costume design : Tobias Hoheisel

Lighting design : Jean Kalman

Choreography : Philippe Giraudeau

Dramaturgy : Ian Burton

Alcina : Jeanine de Bique, soprano

Ruggiero : Gaëlle Arquez, mezzo-soprano & Alcina : Jeanine de Bique, soprano

All pictures: © Sébastien Mathé - OnP

Great and successful reprise of the subtle, elegant, slow, minimalist production of Alcina by Robert Carsen at the Paris Opera Garnier this month. What can one expect more than a stellar cast and a excellent conductor and orchestra on top of that?

Décidément l’opéra de Paris n’a pas fini de remettre en scène la production d’Alcina de Haendel de Robert Carsen. Il faut dire qu’elle fonctionne toujours aussi bien, même après plus de vingt ans: élégante, fine et moderne, les trois heures de spectacles passent trop vite. Pour ceux qui ne la connaîtraient pas (la production a été reprise de nombreuses fois) Robert Carsen a choisi de transposer l’histoire de l’ensorceleuse Alcina et de son île en directrice d’un hôtel enchanteur qui attire les touristes comme l’île attirerait les marins. Melisso et Bradamante (déguisée en Astolfo, son frère) débarquent avec leurs valises afin de remettre Ruggiero « dans le droit chemin », tandis que Morgana et Oronte sont des employés de l’établissement, ils accueillent les arrivants, refont les lits, mettent la table, etc. C’est l’histoire triviale d’un homme marié, Ruggiero, qui après avoir trompé sa femme, Bradamante, souhaite rompre avec sa maîtresse. Cette dernière, Alcina, semble aimer pour la première fois, désespérée, elle se suicide en se jetant sur son amant qui tient un couteau à la main (tout un symbole).

On se souvient encore avec forte émotion de l’Alcina de Renée Fleming, vibrante, exaltée jusqu'au-boutiste, inégalée (les passionnés ne manqueront pas de se procurer l’enregistrement radio de Chicago dont l’interprétation dépasse le domaine du possible et va encore plus loin que la captation parisienne. En prime le Ruggero survolté de Jennifer Larmore). Les reprises successives de cette production à l’opéra de Paris n’ont pas pour autant démérité et ont vu se succéder notamment Luba Orgonasova, Inga Kalna, ou encore Emma Bell, etc. (pour ne mentionner que le rôle-titre. Voir notre tableau des différentes distributions d’après nos archives ci-dessous) jusqu’à cette nouvelle reprise avec la soprano Jeanine De Bique qui affiche une voix particulière: à la fois haute, pleine et chaude, chargée d’harmoniques graves qui donnent consistance et personnalité à la figure d’Alcina. Avec ses da capo audacieux et tout à fait personnels, l’Alcina de Jeanine De Bique s’avère hautement dramatique et touchante. Nous tenons là une grande dame même si la diction n’est pas toujours très nette.

Son criant désespoir dans l’air « Ah, mio cor » glace le sang, seule et délaissée dans cette gigantesque pièce vide qui n’a que que des murs à lui offrir, ceux-là même qui lui servaient à emprisonner ses « proies » et qui, ironie du sort, la maintiennent maintenant prisonnière.

Relevons également ces deux petites chaises dans l’air « Ombre pallide » qui deviennent monstrueuses au travers de leurs ombres disproportionnées, criantes d’une vérité qui fait mal: elles sont désespérément vides. Tout est fini avec Ruggiero. De plus, Alcina devient une sorte de fantôme à l’identique de toutes ses victimes, le sort se retourne décidément contre elle. Elle n’est plus rien que ce qu’elle a infligé aux autres: une âme errante dévitalisée. Les vocalises et la personnalisation de l’air font de cette scène finale de l’Acte II certainement le point culminant de l’opéra. Le souffle y est long et sans faille et les variations audacieuses et risquées.

En peu de temps, la soprano Jeanine De Bique est devenue la spécialiste incontournable du compositeur. En effet, nous l’avons entendue déjà dans le Messie, Rodelinda à Lille, Giulio Cesare à Saint-Galle, Il Trionfo del Tempo e del Disinganno à Versailles, etc. Elle vient d’ailleurs de sortir un cd solo intitulé "Mirror" qui sera bientôt suivi d’une petite tournée de 3 concerts en Belgique et aux Pays Bas.


Face à cette force dramatique, il fallait un Ruggiero bien expressif tel que celui de Gaëlle Arquez dont on admire le timbre clair, la voix vaillante et racée. Ce beau mezzo-soprano n’appelle que des éloges même s’il reste un brin trop féminin (en comparaison à celui de Veselina Kasarova par exemple).


La Morgana de Sabine Devieihle ne possède pas la pétillance et le bouillonnement de Nathalie Dessay de 1999 mais la fraîcheur et la brillance de sa voix sont dans sa parfaite lignée. Les notes suraiguës tant attendues sont octroyées avec une certaine parcimonie mais font mouche auprès d’un public demandeur. L’interprétation est souvent fine comme lorsque qu'elle découvre que Bradamante est une femme, c’est avec une colère contenue qu’elle réagit.


Le ténor britannique Rupert Charlesworth, dont le torse-nu a affolé la salle, déploie une voix virile, souple, chaude et facile qui gagne encore en qualité dès que la voix monte. C’est tout simplement un Oronte de luxe.


La mezzo-soprano Roxana Constantinescu, sans véritablement séduire, s’avère bien efficace et virtuose dans le rôle de Bradamante.


Avec une voix fière, noble et impérieuse, le baryton-basse Nicolas Courjal confère sagesse et autorité à son Melisso, et fait de ce personnage, à peine remarqué dans d’autres productions, un pivot central.


A noter que le rôle d’Oberto (petit garçon à la recherche de son papa) est passé à la trappe dans cette reprise.


Thomas Hengelbrock et son Balthasar Neumann Ensemble

accomplissent un travail remarquable: sensible et contrasté, avec des partis pris assumés comme l’air de Ruggiero, au tempo extrêmement lent, l’air « Mio bel tesoro » aux surprenantes notes piquées, ou les cordes frappées du théorbe dans le trio, etc.


Cette élégante Alcina, riche et dépouillée, lente et déchirante n’a décidément pas fini de surprendre et de dévoiler ses secrets, elle cache encore bien des subtilités.

June 1999 Paris Garnier

Conductor: CHRISTIE William

Alcina: René FLEMING

Ruggiero: Susan GRAHAM

Morgana: Nathalie DESSAY

Bradamante: Elizabeth KUHLMANN

Oronte: Timothy ROBINSON

Oberto : Juanita LASCARRO

Melisso: Laurent NAOURI

Staging: Robert CARSEN.

May 2004 Paris Garnier

Conductor: NELSON John

Alcina: Luba ORGONASOVA

Ruggiero: Vesselina KASAROVA

Morgana: Patrizia CIOFI

Bradamante: Vivica GENAUX

Oronte: Toby SPENCE

Oberto: x

Melisso: Luca PISARONI

Staging: Robert CARSEN

December 2007 Paris Garnier

Conductor: SPINOSI Jean-Christophe

Alcina: Inga KALNA/Emma BELL

Ruggiero: Vesselina KASAROVA

Morgana: Olga PASICHNYK

Bradamante: Sonia PRINA

Oronte : Xavier MAS

Oberto: Judith GAUTHIER

Melisso : François LIS

Staging: Robert CARSEN.

February 2014 Paris Garnier

Conductor: ROUSSET Christophe

Alcina: Myrto PAPATANASIU

Ruggiero: Anna GORYACHOVA

Morgana: Sandrine PIAU

Bradamante: Patricia BARDON

Oronte: Cyrille DUBOIS

Oberto: x

Melisso: Michal PARTYKA

Staging: Robert CARSEN